3 healthy practices on the eve of a recession - manufacturing companies - WEB-CAB

3 saines pratiques à l’aube d’une récession – entreprises manufacturières

Récession. Un mot que l’on entend à répétition depuis des mois et qui n’est plaisant aux oreilles de personne. Les grands économistes du monde s’entendent pour dire qu’elle est à nos portes dans les pays industrialisés.   

Récession signifie incertitude, coupures budgétaires, tourmente, mais saviez-vous qu’aussi inconfortables soient-elles, les récessions amènent également des opportunités? Voici 3 occasions qu’amène une récession.

1- Reprendre le contrôle après le chaos

Après les 2 dernières années où l’économie à littéralement surchauffé, où les chaînes d’approvisionnement ne parvenaient plus à suffire à la demande, où les délais de livraison ont éclaté et où la pénurie de main d’œuvre a frappé de plein fouet un peu partout sur le globe, le ralentissement économique qui s’amorce sera l’occasion de reprendre le contrôle sur les opérations.

La demande qui a explosé a amené une espèce de chaos dont une majorité d’entreprises ont souffert et particulièrement celles du secteur manufacturier. Les bonnes pratiques se sont un peu égarées en raison du roulement de personnel, l’expertise s’est diluée et au final les procédés de fabrication et/ou méthodes de travail ne sont plus optimaux. Faites un bilan, identifiez les endroits vous avez des opportunités de vous améliorer et faites un plan !

Questionnez-vous :

  • • Est-ce que cette procédure est optimale ?
  • • Quelles sont les meilleures pratiques dans mon industrie ?
  • • À quelle fréquence devons-nous reprendre un travail ou corriger des erreurs?
  • • Où sont nos failles?

C’est le temps de vous pencher sur vos façons de faire et de les évaluer, de mettre à profit la créativité et les idées de votre équipe pour optimiser vos procédures et remettre le train sur les rails.

2- Investir dans un système de gestion et d’automatisation

Lorsque les ventes entrent à pleines portes, on a souvent tendance à relâcher un peu les rennes au niveau des indicateurs de performance, mais en période de ralentissement il est crucial de se ramener à l’ordre et de suivre ces indicateurs de façon rigoureuse. Pour une entreprise manufacturière, la rentabilité de l’entreprise est étroitement liée à la productivité et à la qualité des produits.

Dans certaines usines des robots ont commencé à voir le jour, alors que dans d’autres, le travail papier et manuel est encore très présent. Si c’est votre cas, ne vous alarmez pas et élaborez un plan pour emboîter le pas vers la technologie. La bonne nouvelle est que vous avez de belles opportunités devant vous pour faire plus avec moins.

Le robot étant l’étape ultime, avant celle-ci il y a une panoplie d’autres mesures moins onéreuses à mettre en place ayant un impact considérable sur la productivité et la profitabilité de votre entreprise.

La toute première étape consiste à effectuer un diagnostic de vos opérations

  • • Identifiez où vous perdez des profits,
  • • Cernez où il y a des pertes de temps ou des enjeux de communication,
  • • Identifiez où vous pourriez faire mieux

Voici quelques questions pour vous épauler dans votre diagnostic au niveau de votre production :

  • • Où se situent les goulots d’étranglement qui ralentissent notre production?
  • • À quelle fréquence nous arrive-t-il d’effectuer des livraisons incomplètes et de devoir retourner une équipe de service chez le client?
  • • Combien coûte une erreur de livraison à notre entreprise ?
  • • Combien de temps nos ouvriers passent-ils à chercher des pièces dans l’usine ?
  • • Quand on doit ajuster les priorités, est-ce que nous avons une méthode optimale pour informer tous les ouvriers en temps réel afin qu’ils travaillent sur les bons projets au bon moment?
  • • Combien de temps notre directeur de production passe-t-il à se renseigner sur le statut des projets en cours ?
  • • Quelles tâches répétitives pourrions-nous automatiser ou mieux structurer?

Ce diagnostic vous permettra d’identifier vos priorités et de vous tourner vers les bons outils de gestion et d’automatisation.

3- Évaluer son coût de revient

Pour le résumer simplement, le coût de revient correspond aux coûts directs et indirects que vous engagez pour produire un bien. C’est donc un excellent baromètre pour la profitabilité de votre entreprise et toute entreprise a un grand intérêt à le connaître pour chacun de ses produits et services.

L’économie qui a fonctionné à plein régime au cours de la pandémie a mis plusieurs systèmes d’évaluation du coût de revient à rude épreuve en raison des variables changeantes et imprévisibles. Par exemple, la pénurie de certains types matériaux a forcé grand nombre d’entreprises à devoir rapidement s’approvisionner chez de nouveaux fournisseurs et qui dit nouveaux fournisseurs dit différentes tarifications et modalités de paiement. Ces éléments ont un impact direct sur le coût de revient.

Que vous ayez déjà un système en place pour l’évaluer ou non, le ralentissement est un moment opportun pour refaire l’exercice de coût de revient. Cette analyse vous permettra de mieux connaître vos leviers de profitabilité et de prendre des décisions importantes comme par exemple revoir vos ententes avec vos fournisseurs, revoir votre tarification ou revoir vos méthodes de travail. N’hésitez pas à faire appel à votre firme comptable pour vous épauler dans cet exercice. Ils sauront vous assurément vous guider !

En conclusion : personne ne souhaite une récession, mais si nous devons en traverser une, outillons-nous et saisissons aussi les opportunités qu’elle nous offre !

Par:

Veronique Plessis Belair – COO – Chief Operating Officer

WEB-CAB

Logiciels pour l'industrie de l'ébénisterie - WEB-CAB